Une troisième année scolaire avec Ubuntu

closeCet article a été publié il y a 5 ans 3 mois 3 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

La fin de l’année scolaire approche. C’est l’occasion de dresser un bilan sur cette troisième année d’utilisation d’Ubuntu dans le collège où je suis enseignant.

Pour les lecteurs qui voudraient connaître le début de cette expérience, je les invite à lire l’expérience GNU/Linux d’un collège.

Saisie des absences

La nouveauté de l’année 2008-2009, c’est la saisie informatisée des absences par les profs directement depuis leur salle de classe. Chaque salle a été équipée d’un ordinateur avec Ubuntu, démarrant tous les matins de manière automatique sur un compte utilisateur dédié à la gestion des absences. Firefox est lancé automatiquement à l’ouverture de session et l’environnement numérique de travail, qui est une application en ligne, est prêt à être utilisé.

La saisie des absences des élèves est réalisée grâce à une quarantaine d’ordinateurs avec Ubuntu. Ces ordinateurs sont vieillisants et vont être remplacés à la prochaine rentrée scolaire. Des nouveaux ordinateurs ont été commandés et Ubuntu sera installé sur ces 40 nouvelles machines.

L’utilisation d’Ubuntu pour saisir les absences s’est effectuée de manière complètement transparente. Aucun problème particulier n’est à signaler suite à l’utilisation massive d’Ubuntu par l’ensemble des profs dans le cadre des absences.

Salles avec un usage informatique avec Ubuntu

En plus des 40 ordinateurs présents dans les différentes salles de classe, Ubuntu est présent en dual-boot dans la salle informatique (17 ordinateurs), au CDI (10 ordinateurs) et en Technologie (30 ordinateurs).

Salle info

Au CDI, pendant certains crénaux horaires, les ordinateurs sont librement accessibles par les élèves. Maintenant qu’ils sont familiarisés avec Ubuntu, ceux-ci n’hésitent pas à démarrer sur Ubuntu.

ordinateurs CDI

Club informatique

Une fois par semaine, j’ai le plaisir d’animer le club informatique. Le club est fréquenté de manière assidue par une vingtaine d’élèves. Le club informatique a été l’occasion pour les élèves de découvrir un peu plus Ubuntu, par exemple l’utilisation du Terminal avec quelques commandes de base. Les élèves sont très contents d’avoir appris à manipuler fichiers et dossiers sans utiliser la souris. Les élèves ont également pu s’initier à la programmation avec la découverte du langage Python. Les travaux sous Python que j’ai proposé aux élèves sont inspirés du livre Snake Wrangling for Kids [en] qui est sous licence BY-NC-SA.

Les élèves du club info apprécient particulièrement Ubuntu car, avec ce système, ils peuvent très facilement personnaliser l’apparence de leur environnement.

Ubuntu adopté par les profs

Au collège, quelques profs ont adopté Ubuntu et l’utilisent depuis plusieurs années sur leur ordinateur personnel.

Parmi ces utilisateurs, il y a Laurent, prof de maths et Didier, prof de technologie. Vous pourrez retrouver leurs témoignages en parcourant le blog. Il y a également Ligia, prof d’Arts Plastiques, qui utilise Ubuntu. D’ailleurs, dans sa discipline, ses élèves utilisent Gimp. Durant cette année scolaire, Olivier, prof d’EPS, a également décidé d’installer Ubuntu sur son ordinateur personnel. Sa migration sera l’objet d’un prochain billet.

Manu, prof de Maths, est aussi un utilisateur d’Ubuntu :

Je suis professeur de mathématiques en collège et, pour l’enseignement de ma matière, comme dans le reste de mes activités, je suis amené a utiliser régulièrement l’outil informatique. J’ai découvert Ubuntu et le monde Linux il y a deux ans, et depuis, c’est le système d’exploitation que je privilégie.

D’abord, son installation est d’une simplicité déconcertante. Quelques minutes suffisent à installer les deux Go nécessaires, quelque part sur une partition de disque dur ( et en machine virtuelle sur mon MacBook, c’est encore plus rapide ! ). On bénéficie, dès la première utilisation, des principales applications de base : traitement de texte, tableur, présentation open office, navigateur firefox, etc… Ensuite, à l’aide du gestionnaire de paquets synaptic, on peut aller « glaner », dans la multitude de logiciels proposés, celui qui correspond à nos besoins. En deux clics, le logiciel et les fichiers rattachés sont installés.

Pour un prof de math, cet aspect est très intéressant car on peut bénéficier d’outils pédagogiques libres, qu’on peut essayer à souhait. J’ai ainsi découvert des logiciels de géométrie très pertinents comme Dr Geo ou Carmetal, mais aussi des grapheurs ( Graphmonkey, Kmplot ) ou encore le générateur de diagramme Rlplot.

Au collège où j’enseigne, nous pouvons utiliser Ubuntu avec les élèves en salle informatique. Un avantage réside dans la fluidité du système qui limite les plantages à répétition et les fenêtres intempestives qui perturbent et retardent les élèves lorsqu’on travaille sur un autre système dont je tairais le nom.

Cette année, j’ai effectué des séances d’études statistiques avec des élèves de 5ème et 4ème , en utilisant le tableur d’open office. Ce dernier offre les mêmes fonctionnalités que son équivalent de Microsoft. Son ouverture est rapide et le temps qu’il consacre au calcul est tout à fait satisfaisant. Les élèves n’ont aucune difficulté à saisir l’itération des formules par copie des cellules et nous pouvons ainsi travailler sur de grandes séries de données.

En géométrie dynamique, on peut utiliser, en ligne, Tracenpoche de l’association Sesamath, ou encore Geoplan. En ce qui me concerne, c’est Geogebra qui a ma préférence pour l’utilisation avec des classes de collège. Les constructions de figures y sont simples et rapides et on peut ainsi passer du temps à la conjoncture de propriétés. En 5ème, nous avons, par exemple, observé l’alignement des points d’intersections des médianes, médiatrices et hauteurs d’un triangle, autrement dit la droite d’Euler. En 4ème, les élèves ont pu remarquer que les milieux des cotés d’un quadrilatère étaient immanquablement les sommets d’un parallélogramme. Observer ce phénomène en faisant « bouger » la figure est aussi une aide précieuse pour démontrer ce résultat.

Pour conclure, Ubuntu offre toutes les fonctionnalités qu’on peut attendre d’un système d’exploitation, la simplicité en plus. Les menus de la ligne de commande sont peu nombreux et les applications y sont regroupées par catégories. Tout ou presque peut être téléchargé librement et gratuitement et les mises à jour du système sont bien gérées. Si on ajoute à ça de nombreuses ressources dans les forums et autres sites en cas de problèmes ou de questions, ça en fait indéniablement un outil à privilégier, notamment avec des élèves en découverte de l’outil informatique. À quand Ubuntu dans tous les établissements scolaires ?

Évènements marquants en 2008-2009

Les moments forts qui ont marqué cette année scolaire sont:

  • l’adoption par le conseil d’administration d’une motion pour faire de l’utilisation et du développement des logiciels libres une priorité du collège: Priorité aux logiciels libres
  • Un atelier que j’ai animé, lors de la journée de solidarité, consacré à la découverte des logiciels libres, auquel de nombreux profs ont assisté et ont pu être sensibilisés aux logiciels libres.

Réseau

Le réseau pédagogique du collège fonctionne avec SambaEdu3. Chaque prof et chaque élève ont un compte avec un identifiant unique sur le réseau du collège et les profils des utilisateurs sont hébergés sur le serveur.

Les postes clients fonctionnent toujours avec Ubuntu 7.10 Gutsy Gibbon. Cette version fonctionne bien sur les ordinateurs du collège qui ne sont pas tous très puissants. Cependant, le support de cette version s’est arrêté le 18 Avril 2009 ce qui signifie que depuis cette date, il n’y a plus de mises à jour des paquets pour Ubuntu 7.10.

Pour la prochaine rentrée, l’ensemble du parc informatique du collège sera mis à jour vers Ubuntu 9.04. Pourquoi attendre ? Principalement par manque de temps: mettre à jour le système d’exploitation d’une centaine d’ordinateurs ne se fait pas en quelques minutes, même avec des outils dédiés à cette tâche, comme OSCAR. Un précédent billet détaille toutes ces manipulations. De plus, le script qui permet de rejoindre un client Ubuntu au serveur SambaEdu3 doit être adapté à chaque nouvelle version du système, ce qui implique un délai après la sortie de l’OS.

Afin de pouvoir équiper une salle supplémentaire avec des postes de récupération, Laurent teste actuellement le client léger sur 6 stations de travail avec un serveur Ubuntu LTSP (Linux Terminal Server Project). Des essais sont en cours… et d’autres billets à venir…

Stations de travail

  25 commentaires

25 commentaires

  1. fred tux dit :

    -Heureux qui, comme vos bambins, ont fait un beau voyage vers linux,
    -Ou comme vous même là qui conquist le terminal,
    -Et puis sont retourné, plein d’usage et raison linuxienne,
    -Vivre entre leurs parents le reste de leur age !
    Bravo à vous.

  2. nico dit :

    Voilà une bien belle réussite. Vivement qu’il en soit de même dans tous les établissements scolaires publics !

  3. Chibani dit :

    Superbe exemple d’intégration.

  4. Ned dit :

    Un gros bravo !
    Juste une question : pourquoi choisir de migrer vers la 9.04 ? Vu la taille du parc, vous auriez tout intérêt à rester sur des version LTS, donc la 8.04.2 actuellement. Comme ça, vous n’auriez à mettre à jour les machines que tous les 3 ans.
    Personnellement je fais pas mal de promotion & installation d’ubuntu autour de moi, et selon l’utilisateur (son niveau et son intérêt vis à vis du système) je choisis la LTS pour la tranquillité, sans avoir le sentiment de brider/brimer la personne concernée, ni sa machine :)

  5. bouboune dit :

    Pas mal, 20 fois « Ubuntu » dans l’article, il en manque presque un peu ؟

  6. Yves dit :

    @Ned: En juin 2009, la version 8.04 ne bénéficie que de quelques mois de support supplémentaires par rapport à la 9.04. Autant passer directement à la dernière version disponible.

  7. fromlugdunum dit :

    Bravo, cette expérience est à remontée au plus haut niveau de l’éducation nationale, ainsi qu’aux enseignants de la terre entière !

    Si je peux me permettre, j’ai moi-même apporté ma modeste contribution ubuntu-esque, voir mon post ici :
    http://fromlugdunum.free.fr/pluxml/?article191/le-coin-informatique-don-vieux-pc-sous-linux-a-l-ecole-maternelle

  8. David Duret dit :

    Très sympa ce retour d’expérience mais je ne vois pas l’exploit pour la saisie des absences : « Firefox est lancé automatiquement à l’ouverture de session et l’environnement numérique de travail, qui est une application en ligne, est prêt à être utilisé. » Il s’agit d’une appli web, elle aurait très bien pu être lancée depuis n’importe quel OS. Une appli desktop sous GTK avec données centralisées sur un serveur aurait été plus sympa à être mise en valeur…

  9. Yves dit :

    @David Duret: aucun exploit, jute un retour d’expérience. La nouveauté, c’est que tous les jours, tous les profs du collège sont amenés à utiliser Ubuntu pour saisir les absents ;-)

  10. Vive Linux et le Libre ! dit :

    Bonsoir,

    J’ai trouver votre blog en surfant sur le net et j’ai trouvé ça vraiment extraordinaire ! Cela commença avec un simple ordinateur dans une salle des prof et le résultat, près de 100 ordinateurs sous Ubuntu ! J’ai tout lus depuis le début et je trouve honorable votre « combat » pour la diffusion du logiciel libre …

    Moi même élève dans un collège ou la plupart des ordi rame à mort sous windows 2000 je m’était déjà dit, ça serait vachement bien de mettre edubuntu, y’aurai pleins de logiciels et ça serai rapide . De plus on pourrait profiter de logiciels gratuit au top de la technologie (plutôt qu’un vieux photoshop surement beaucoup performant que le récent GIMP !)

    Enfin bon, BRAVO et je suis devenu se soir un nouveaux lecture de votre formidable blog !

    Sans oublier,  » Vive Linux et le libre ! « 

  11. said dit :

    Bravo,

    Je me lasse pas de lire vos articles :)

  12. Quenton dit :

    COmme j’aimerais pouvoir en faire de même, mais après plusieurs tentative, je me suis bien aperçu que je n’ai pas le niveau pour realiser ceci!! Si encore il y avait un LUG près de chez moi je pourrais apprendre…

  13. Manu dit :

    Je vous recommande chaudement l’utilisation de LTSP pour vos salles informatiques voire même pour vos postes de gestion d’absence dans les salles de cours vu que vous n’avez apparemment besoin que d’un navigateur web, vous pouvez avec LTSP créer un environnement en mode « kiosk » et utiliser l’argent prévu pour le renouvellement acheter un serveur LTSP et des postes pour les distribuer dans d’autres salles ou des vrais clients légers comme les HP séries 5000. Si vous avez besoin d’aide vous avez mon mail lié au commentaire. Pour info, je gère un parc d’une centaine de PC avec un seul serveur LTSP dans plusieurs entités universitaires sur Grenoble, dans plusieurs configurations (postes publics, kiosque web, …).

  14. Yves dit :

    @Manu: merci pour vos conseils et votre proposition d’aide :-)

  15. [...] vous recommande vivement la lecture de cet article. Wikio [...]

  16. isaz dit :

    Bravo pour votre travail et notamment la « priorité aux logiciels libres » adoptée par votre collège :)
    C’est avec plaisir que je suis vos expériences !

    Serait-il possible d’en savoir un peu plus (ça pourrait faire l’objet d’un billet ici ? ) sur l’apprentissage de la programmation Python via le livre en anglais dont vous donnez le lien ?

    Bonne continuation et bonnes vacances !

  17. Yves dit :

    @isaz: C’est plus une initiation qu’un apprentissage de Python qui a été réalisé pendant le club info : écriture de programmes très simples et aussi découverte du module turtle avec les exemples basiques issus du livre cité dans l’article ;-)

  18. nico dit :

    J’avais déjà lu ton expérience et je trouve que c’est un exemple magnifique de l’intégration de linux au plus près des jeunes. Il est en plus agréable de voir que ça grandi de plus en plus.

  19. Luis Da Costa dit :

    Bravo !
    Moi je dis ça mérite les applaudissements, enfin un college qui fait valoir dans ses établissements du systeme libre!

    PS : Vous disiez que vous êtiez sur Ubuntu 7.10 et que passer en 9.04 prendrait trop de temps, trop de travail sans parler des aplications a reconfigurer etc… et je vous comprend, mais pourquoi ne pas plutot installer une version LTS (Long Terme Support) de Ubuntu, comme la version 8.04 qui sont des versions qui sont développés tous les 2 ans et qui ont un plus long support.

    Cordialement,
    Luis

  20. Yves dit :

    @Luis Da Costa: En juillet 2009, la version 8.04 ne bénéficie que de quelques mois de support supplémentaires par rapport à la 9.04. Autant passer directement à la dernière version disponible.

  21. Jos dit :

    Juste pour information le petit plus de l’installation de la LTS par rapport a la 9.04, c’est que la LTS permettra d’upgrader directement vers la prochaine LTS, tandis que la 9.04 réclamera la mise a jour vers 9.10 avant de pouvoir passer en 10.04.

    Après si vous faites des réinstallations complètes lors des mises a jour ca n’apporte pas plus que ca en effet étant donné que les dates de support sont proches. De plus la 9.04 est beaucoup plus rapide a booter, ce qui peux etre un bon plus

  22. aster obinos dit :

    Franchement Bonne initiative, en plus grâce à vous on aura demain des enfants avertis, connaissant la notion du partage, le logiciel libre et enfin l’open source pour résumer les bonne valeur et non l’appat du gain au détriment de la qualité.
    félicitation.

  23. saidou dit :

    slt.Bravo pour votre travail
    nous sommes une association au burkina faso un pays de l’AFRIQUE DE L’OUEST et nous suivons vos gestes et bien faits pour la marche de OBUNTU.
    http://WWW.PASSOINET.C.LA OU http://WWW.PASSIONET.ORG
    asso.passionet@gmail.com

  24. Madeg dit :

    Bonjour,
    Très encouragent ce billet.
    Cependant, je trouve dommage que tu ne précise pas assez ce que signifie Linux, Gnu/Linux et en particulier Ubuntu (qui n’est qu’une distribution parmi des centaines de Gnu/linux).
    L’amalgame Linux = Ubuntu est sûrement trop souvent fait et je trouve qu’il serait plus honnête de présenter plus en détail d’où vient Ubuntu.
    Certes Ubuntu est sans aucun doute une des distributions Gnu/Linux la plus facile d’accès à l’heure d’aujourd’hui (je suis moi-même passé à Linux par l’intermédiaire d’Ubuntu) mais il n’empêche qu’il en existe d’autres et il serait intéressant de pouvoir le faire envisager aux personnes souhaitant migrer vers un OS libre basé sur Linux.
    Merci tout de même pour ce billet très encouragent et bonne continuation.

  25. Très intéressant, j’ai beaucoup aimé les témoignages des deux profs. C’est vrai que Ubuntu est un très bon système fiable, mais malheureusement, quand comme moi on a besoin d’utiliser beaucoup de programmes différents et qu’on joue, c’est problématique…

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.