Linux et la clé usb pour les enseignants

closeCet article a été publié il y a 12 ans 1 mois 12 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.
cleUSB

En février dernier, l’Éducation Nationale a distribué 6000 clés USB aux nouveaux professeurs (pas à tous, seulement dans certaines disciplines et dans quelques départements). La clé d’une taille de 2 Go contient un ensemble de ressources et d’outils pédagogiques.

Sur cette clé USB on trouvera des logiciels libres come Firefox, Thunderbird, OpenOffice, Gimp, VLC, etc.

La clé peut fonctionner sous les différentes versions de Windows, un driver spécifique a été développé pour les utilisateurs de Windows 98. Pour les Mac users un logiciel spécifique sera bientôt disponible au téléchargement.

Et pour Linux ?

Un petit tour sur la FAQ d’Éducnet :

Pourquoi la clé ne fonctionne-t-elle pas sous Linux ?

Un développement sous Linux pose un réel problème quant à l’existence d’interfaces graphiques différentes qui nécessitent des développement pour trois environnements : KDE, Gnome, Xfree. Les coûts engendrés par ces contraintes s’avèrent démesurés par rapport au budget global de l’opération et au nombre d’utilisateurs concernés.

La clé ne fonctionne pas sous Linux !

Alors que la clé est basée sur des logiciels libres ! Et la réponse d’Éducnet dans la FAQ est un peu facile…

Une clé de 2 Go pourrait accueillir sans problème une distribution linux live USB et du coup, serait indépendante du système d’exploitation installé sur l’ordinateur.

Le projet reste louable car il permettra la diffusion de logiciels libres (dans un environnement propriétaire certes) et en particulier l’adoption d’OOo et son format ouvert. Mais, je trouve quand même vraiment regrettable que la clé ne fonctionne pas sous Linux.

Lien :FAQ d’Éducnet

Merci à Daria pour avoir attiré mon attention sur ce problème.

  3 commentaires

3 Comments

  1. phil pham dit :

    Bonjour,

    Effectivement, il est possible d’utiliser par exemple la damn small linux et proposer ainsi soit une clé permettant un démarrage à partir de Windows, soit une clé permettant un démarrage indépendant du système.

    Le problème de ce type de distribution est qu’il faut savoir le configurer correctement: au moins la connexion internet et la gestion de l’imprimante.

    Sur ce dernier point, je ne suis pas convaincu qu’un utilisateur lambda sache le faire, surtout s’il s’agit d’installer des pilotes propriétaires et cela de façon permanente sur la clé.

    Cordialement, Phil Pham.

  2. Yves dit :

    C’est vrai qu’une distrib live a également ses limites.

    Cependant, beaucoup d’internautes sont connectés derrière une « box » qui fait routeur et la connexion peut être reconnue sans paramétrages particuliers. De même pas mal d’imprimantes sont souvent directement reconnues par le système.

    Mais il faut bien avouer que si la connexion internet se fait par exemple via un modem USB et si l’imprimante n’est pas reconnue directement, ça peut rapidement devenir compliqué !

  3. fremen10 dit :

    Encore une fois c’est une réponse de windowsien que nous donne Educnet.
    Linux se démocratise dans tous les pays et de façon importante en France au travers d’Ubuntu, fedora, suse et mandriva dont les communautés de développeurs font vraiment du bon travail.
    L’environnement graphique n’empêche aucunement certaines applications d’être stable sous KDE et gnome a la fois.
    Il faut donc arrêter de se cacher derrière ces excuses minables et se donner les moyens d’une vraie politique d’éducation.

Sorry, the comment form is closed at this time.