OSCAR outil de sauvegarde/restauration

closeCet article a été publié il y a 14 ans 7 mois 11 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

À la fin du mois de janvier, Ubuntu a été installé sur les 17 postes de la salle informatique du collège où je suis enseignant.

Laurent, prof de Mathématiques et PRI (Personne Ressource Informatique), s’est occupé de déployer Ubuntu avec OSCAR, un outil à l’usage des administrateurs réseau, qui permet d’installer facilement une salle complète à partir d’un poste fonctionnel :

Ce billet ne concerne pas directement Ubuntu mais trouvera tout à fait sa place dans nos échanges car il illustre la diversité et l’efficacité dans la communauté des logiciels libres et précisera certaines remarques que j’ai eu l’occasion de faire dans d’autres billets du blog.

En envisageant de déployer Ubuntu en salle informatique au collège, il m’a fallut chercher des outils de déploiement modernes et si possible libres pour limiter les coûts des licences, participer à l’évolution du logiciel et pouvoir l’essayer sans être bridé par une version d’essai souvent techniquement limitée.

Habitué jusqu’à présent à cloner Win98SE sur une seule partition à coup de disquettes Ghost et de multicast, le passage à XP sur de nouvelles machines et le projet d’y mettre Ubuntu m’a fait entrer dans une nouvelle dimension…

Au hasard de mes échanges avec différents collègues, j’ai eu connaissance d’OSCAR qui regroupe différents outils basés sur Gentoo Linux et System Rescue-CD et développé entre autre par JF Tissoires dans l’académie de Lyon.

Pour faire court, mes disques durs SATA 80 Go [sda] sont partitionnés de la manière suivante:

  • Une partition primaire 25 Go NTFS WindowsXP SP2 [sda1]
  • Une partition étendue 55 Go [sda2]
    • Une partition logique 15 Go FAT32 Transfert Images [sda5]
    • Une partition logique 20 Go Ext3 Oscar [sda6]
    • Une partition logique 1 Go SWAP-Linux [sda7]
    • Une partition logique 19 Go Ext3 Ubuntu [sda8]

OSCAR m’a permis de réaliser les partitions du poste modèle puisqu’il contient Gparted et met également en place Grub qui propose le multiboot au démarrage du poste: WinXP, Ubuntu, OSCAR (ce dernier est protégé par mot de passe)… Pour ne brusquer personne, j’ai laissé pour l’instant WinXP par défaut…

Les différents modes de restauration d’OSCAR me permettent de déployer en multicast ( c’est à dire à tous les autres postes de la salle simultanément) le poste modèle et donc aussi le partitionnement ce qui est bien pratique lorsque les postes arrivent du fournisseur avec une seule partition. Je peux évidemment aussi déployer une seule partition à la fois pour faire une mise à jour de XP, d’Ubuntu ou aussi d’OSCAR lui-même… qui évolue très vite… Merci aux développeurs !

D’un point de vue personnel, le plus grand avantage que j’ai trouvé dans OSCAR est le fait que n’importe quelle station peut être serveur de diffusion de sauvegarde puisqu’une des partition contient l’environnement OSCAR et les sauvegardes. Je n’ai plus besoin de disquettes ni surtout d’un portable supplémentaire qui servirait de console de diffusion. C’est vraiment l’idéal dans un environnement homogène, j’arrive presque les mains dans les poches… Petite parenthèse pour XP, OSCAR intègre également le changement automatique du nom du poste, du SID après restauration… les connaisseurs apprécieront; pour Ubuntu, le changement de nom de la station est aussi automatisé.

Finalement, quand je déploie winXP ou Ubuntu pour des mises à jour dans ma salle, je mets de 30 à 45 minutes pour que mes 16 postes soient à nouveau opérationnels ce qui est tout à fait correct dans ma configuration. Évidemment, j’ai au préalable restauré ma sauvegarde sur un poste, mis à jour le système qui en avait besoin et sauvegardé mes modifications avant de déployer. La durée de cette opération initiale est assez variable puisqu’elle dépend des mises à jour des systèmes à réaliser et/ou de la pression plus ou moins forte de mes collègues (Didier par exemple !) pour que j’ajoute tel ou tel logiciel en local. Avant, je ne déployais ma salle que très rarement (car en plus j’avais deux sortes de matériels) pendant les vacances scolaires une à deux fois par an, grosse mise à jour de rentrée comprise. Maintenant, la procédure est tellement confortable que je l’ai fait une fois par semaine depuis début janvier… Rassurez-vous, je vais me calmer et ralentir le rythme, c’était le début, les postes étaient vides et les outils à découvrir…

Projet OSCAR : http://www.crdp-lyon.cndp.fr/oscar/

  12 commentaires

12 Comments

  1. Rimaille dit :

    lien vers le projet OSCAR

    http://www.crdp-lyon.cndp.fr/oscar/

    j’ai noté en parcourant leur site une limitation qui doit être mise en valeur :
    Tous les postes doivent avoir les mêmes caractéristiques techniques: cartes graphiques, driver ethernet…

    Sinon le projet a l’air sympa ^^

  2. Ago dit :

    Pas mal comme soft, je savais pas si ça existait ^^

    Sinon, un détail: apparement tes disques font 180Gi, et non 80 😉

    Et mettre Ubuntu sur la fin du disque (dernière partoche), c’est pas l’idéal, puisque plus on va vers la prériphérie, plus les temps d’accès sont longs. Donc, ça va pour les données statiques (fichiers), mais c’est génant pour un système (qui bouge beaucoup)

    Mes deux centimes d’€ 🙂

  3. Yves dit :

    @Rimaille: C’est le cas de notre salle informatique, 17 ordis identiques 🙂 Le lien vers OSCAR est présent dans le billet. J’aurais peut-être du le faire apparaître plus clairement.

    @Ago: 25+(15+20+1+19)=25+55=80 Go 🙂 En tout cas merci pour ton conseil sur l’emplacement d’Ubuntu sur le disque.

  4. Yves dit :

    J’ai rajouté un lien bien visible vers le projet OSCAR. Merci Rimaille pour cette suggestion 😉

  5. Laurent dit :

    Pour ce qui est de l’emplacement des partitions, je n’ai pas réfléchi plus que ça mais je tiendrais compte de la remarque d’Ago. En fait, mes postes sont arrivés avec une seule partition avec WinxP préinstallé. J’ai donc juste redimensionné cette partition primaire et créé une partition étendue à la suite (contenant elle-même des partitions logiques, mes disques font bien 80 Go).
    Concernant le matériel, cela fait 6 ans que je suis PRI (Personne Ressource Informatique) et que je galère parce que mes salles sont faites de bric et de broc récupéré deci delà (mon portable contient donc toutes les sauvegardes différentes dont j’ai besoin mais c’est très lourd!): la condition pour tout achat est bien d’un même matériel par salle … en espérant qu’aucun poste ne lâche définitivement avant les autres … mais j’ai aussi l’habitude des chaises musicales…

  6. gilles touzé dit :

    Juste pour info, bien après la bataille : à Rouen, nous utilisons UDPCast qui fait exacatement la même chose, excepté les opérations de Post-clonage, que nous effectuons séparément (pour Windows seulement) ; la nouveauté est sur la toute dernière version du serveur samba edu 3 : il propose maintenant un serveur UDPCast, permettant de cloner n’importe qu’elle machine par un boot réseau (plus de CD de boot).

    Je vais faire un tour du côté d’Oscar pour voir.

  7. Chris49 dit :

    J’ai une question:
    Ta partition d’oscar est de 20 go.
    Ta partition de win xp est de 25 go

    Normalement d’apres les tutorials que jai consultés,
    les 2 partitions (oscar et xp) doivent avoir la même taille de partition pour que cela fonctionne et dans ton cas ce n’est pas ça.
    Est ce que la restauration ou la sauvegarde marche
    bien? y a t il eu un probleme?.

  8. Laurent dit :

    Pour Chris49:
    Cela fait longtemps que je n’ai plus lu la doc …
    Chez moi, ça n’a jamais posé de soucis.
    En fait, OSCAR fait une image de la partition XP qu’il stocke sur sa partition … j’ai déjà eu jusqu’à 4 ou 5 images différentes sur cette partition sans que cela pose un problème. En fait, sur les postes suivants, j’ai même fait l’inverse: des partitions pour XP et Ubuntu pas trop grandes et une partition OSCAR plus grande pour avoir assez de place pour les sauvegardes … c’est pratique d’en avoir plusieurs à différents stades d’installation quand on bidouille des trucs. Il faudrait poster la question sur le forum d’oscar pour voir se cette contrainte est toujours d’actualité et si oui, à quel niveau elle a une importance.

  9. Tom dit :

    Bonjour !

    Tout d’abord félicitations pour ce site qui est une inspiration et une mine d’information …
    Je vois que vous avez réussi à déployer ubuntu avec OASCAR sans problème. Je me suis lancé, mais je rencontre un problème auquel vous avez peut-être été confronté :
    Poste « modèle » : Ubuntu avec quatre partitions :
    /
    swap
    /mnt/oscar
    /home
    Sur le poste modèle, deux comptes (administrateur et élèves avec droits restreints … SE3 sera installé dans quelques semaines).
    La diffusion via le réseau semble se passer sans problème. Les postes nouvellement installés démarrent … mais apparaît ensuite le message :
    Votre dossier personnel est censé être « /home/eleves » mais il ne semble pas exister. Voulez-vous vous connecter en utilisant le répertoire / (racine) comme dossier personnel . Il est fort probable que rien ne fonctionne à moins que vous n’utilisiez une session de secours.
    En effet rien ne fonctionne. Problème identique si je me connecte avec le « compte administrateur ».
    Lorsque je déploie, j’utilise la commande complète du menu réseau : Ubuntu se trouve bien sur la première partition et OSCAR sur la troisième. Par contre il semble que mon /home soit vide et ne contienne donc pas le /home/user … Avez-vous rencontré ce problème ?
    Cordialement,
    Tom

  10. Laurent dit :

    Pour Tom: Votre problème est « normal » à mon avis car lors de l’installation, la partition /home est sans doute attribuée à un utilisateur précis (celui utilisé juste avant le clonage) et du coup, un autre utilisateur n’a pas les bons droits ou alors il y a un réglage à faire dans Ubuntu pour qu’il sache qu’il doit utiliser la partition home plutôt que /home/user sur la partition racine /
    Au collège, je n’ai que la partition OSCAR, la partition SWAP (éventuellement une partition Windows sur les postes en dual-boot) et la partition racine / qui contient les home locaux (les home du domaine étant sur le SE3), je ne les ai pas séparés.
    Pour info, par expérience aussi, j’ai remarqué qu’il valait mieux installer ubuntu d’abord et lui laisser gérer la partitionnement du disque entier puis repasser dessus pour redimensionner les partitions et en ajouter d’autres (pour OSCAR par exemple) et installer OSCAR ensuite. Dans ce cas Ubuntu gère beaucoup mieux le SWAP (qu’il place d’ailleurs dans une partition étendue et dont il calcule lui-même la taille) que si j’impose moi, à priori,avec gparted une partition swap et une taille de swap.

  11. lachat dit :

    Bonjour.
    Très bon votre article,je suis PRI sous serveur W2003 et grâce à votre contribution, je voudrais utiliser OSCAR pour des sauvegardes/restaurations. Avant de me lancer, je vérifie que tout est prêt. J’ai deux ou trois questions :
    Est-ce que OSCAR est compatible avec un serveur 2003 ?
    Avant de créer l’image maître, le poste maître doit-il obligatoirement être « démonté du domaine » ?
    Est-ce que les noms attribués aux postes clients après redémarrage sont paramétrables ( du type Salle16-XP09 ) ?

    Merci par avance.

  12. Laurent dit :

    Bonjour,
    Pour la première question sur la compatibilité avec un serveur 2003, il faudrait préciser la question car le serveur de domaine n’entre pas en jeux dans le clonage avec OSCAR. Chaque station (j’ai fait des XP et des Ubuntu et des dual-boot avec les deux sans soucis) d’une même série de matériel (ça c’est très important par contre) peut devenir serveur de clonage et c’est quelque chose de très confortable et sécurisant pour une salle info avec des machines identiques par exemple.
    Pour la sauvegarde, la machine doit être sortie du domaine (pour les windows en tout cas pour pouvoir changer leur nom et leur SID, les ubuntu ne m’ont jamais posé de soucis, Oscar change juste leur nom à la fin de la restauration ), puis déployée et enfin, les cibles seront à remettre dans le domaine. Tout est prévu avec OSCAR avec sysprep et newsid, la procédure peut être automatisée et les noms peuvent être paramétrés de façon automatique « salle »/ »séparateur »/ »numéro » sur genre S103-P01 avec S103 pour la salle, -P pour le séparateur et xx pour les numéros des postes;
    Vous trouverez sur le wiki d’OSCAR toutes les infos pour se faire une idée et pour se lancer.
    http://oscar.crdp-lyon.fr/wiki/

Sorry, the comment form is closed at this time.